Publié dans : 1eres ES/L et listes

Dom Juan : Acte IV, scène 6

 

 

 

 

Introduction 1. Situation du passage
• Acte III = acte où DJ accumule les défis, mais où il est également à la hauteur de sa condition. Dernière scène : ultime défi au Commandeur mort, donc aussi indirectement au “Ciel”. La statue bouge et le spectateur le voit : dès lors ce dernier est amené à prendre, à l’instar de Sganarelle, des distances avec ce personnage qui n’est plus seulement opaque, difficiel à cerner, mais surtout obstiné.
• D’où la tonalité sombre de l’acte IV = une série de personnages (Sganarelle, M. Dimanche, Dom Louis son père, Done Elvire, et enfin, le Commandeur) viennent demander des comptes = DJ rattrapé par son destin ?
• Le retour de la statue du Commandeur vient “ponctuer” l’acte, rappelant, un degré au-dessus, la menace qui émergeait à la fin de l’acte III.

2. L’extrait

 

Dom Juan, ou Le Festin de Pierre

 

Scène VI

DOM JUAN, DONE ELVIRE, RAGOTIN, SGANARELLE.

RAGOTIN: Monsieur, voici une dame voilée qui vient vous parler.

DOM JUAN: Que pourrait-ce être?

SGANARELLE: Il faut voir.


DONE ELVIRE: Ne soyez point surpris, Dom Juan, de me voir à cette heure et dans cet équipage. C'est un motif pressant qui m'oblige à cette visite, et ce que j'ai à vous dire ne veut point du tout de retardement. Je ne viens point ici pleine de ce courroux que j'ai tantôt fait éclater, et vous me voyez bien changée de ce que j'étais ce matin. Ce n'est plus cette Done Elvire qui faisait des vœux contre vous, et dont l'âme irritée ne jetait que menaces et ne respirait que vengeance. Le Ciel a banni de mon âme toutes ces indignes ardeurs que je sentais pour vous, tous ces transports tumultueux d'un attachement criminel, tous ces honteux emportements d'un amour terrestre et grossier; et il n'a laissé dans mon cœur pour vous qu'une flamme épurée de tout le commerce des sens, une tendresse toute sainte, un amour détaché de tout, qui n'agit point pour soi, et ne se met en peine que de votre intérêt.


DOM JUAN, à Sganarelle: Tu pleures, je pense.

SGANARELLE: Pardonnez-moi.

DONE ELVIRE: C'est ce parfait et pur amour qui

me conduit ici pour votre bien, pour vous faire part d'un avis du Ciel, et tâcher de vous retirer du précipice où vous courez. Oui, Dom Juan, je sais tous les déréglements de votre vie, et ce même Ciel qui m'a touché le cœur et fait jeter les yeux sur les égarements de ma conduite, m'a inspiré de vous venir trouver, et de vous dire, de sa part, que vos offenses ont épuisé sa

miséricorde, que sa colère redoutable est prête de tomber sur vous, qu'il est en vous de l'éviter par un prompt repentir, et que peut-être vous n'avez pas encore un jour à vous pouvoir soustraire au plus grand de tous les malheurs. Pour moi, je ne tiens plus à vous par aucun attachement du monde; je suis revenue, grâces au Ciel, de toutes mes folles pensées; ma retraite est résolue, et je ne demande qu'assez de vie pour pouvoir expier la faute que j'ai faite, et mériter, par une austère pénitence, le pardon de l'aveuglement où m'ont plongée les transports d'une passion condamnable. Mais, dans cette retraite, j'aurais une douleur extrême qu'une personne que j'ai chérie tendrement devînt un exemple funeste de la justice du Ciel; et ce me sera une joie incroyable si je puis vous porter à détourner de dessus votre tête l'épouvantable coup qui vous menace. De grâce, Dom Juan, accordez-moi, pour dernière faveur, cette douce consolation; ne me refusez point votre salut, que je vous demande avec larmes; et si vous n'êtes point touché de

votre intérêt, soyez-le au moins de mes prières, et m'épargnez le cruel déplaisir de vous voir condamner à des supplices éternels.

SGANARELLE: Pauvre femme!

DONE ELVIRE: Je vous ai aimé avec une tendresse extrême, rien au monde ne m'a été si cher que vous; j'ai oublié mon devoir pour vous, j'ai fait toutes choses pour vous; et toute la récompense que je vous en demande, c'est de corriger votre vie, et de prévenir votre perte. Sauvez-vous, je vous prie, ou pour l'amour de vous, ou pour l'amour de moi. Encore une fois, Dom Juan, je vous le demande avec larmes; et si ce n'est assez des larmes d'une

personne que vous avez aimée, je vous en conjure par tout ce qui est le plus capable de vous toucher.

SGANARELLE: Cœur de tigre!

DONE ELVIRE: Je m'en vais, après ce discours, et voilà tout ce que j'avais à vous dire.

DOM JUAN: Madame, il est tard, demeurez ici: on vous y logera le mieux qu'on pourra.

DONE ELVIRE: Non, Dom Juan, ne me retenez pas davantage.


DOM JUAN: Madame, vous me ferez plaisir de demeurer, je vous assure.
ELVIRE: Non, vous dis-je, ne perdons point de temps en discours superflus. Laissez-moi vite aller, ne faites aucune instance pour me conduire, et songez seulement à profiter de mon avis.

 

 

ANALYSE

 

P1050535.JPG

 

 

 

Questions possibles :

Elvire : personnage pathetique ou tragique ?

Importance tragique de la scene

Quelle mise en scene pour quel DJ ? (mesguish / Bluwal)

 

 

• Elvire est le dernier personnage “humain” à venir solliciter DJ. Là où les autres ont fait part de leur reproche, elle tient un discours marqué par le souci du pardon, du renoncement, et un discours d’amour, de supplication. Plusieurs registres (comique avec Sganarelle, farcesque avec M. Dimanche, tragicomique avec Dom Louis) mettent ainsi différemment en valeur l’obstination du personnage. Ici, c’est le registre tragique qui semble brutalement faire irruption, au point qu’Elvire semble voler la vedette au héros, qui en reste à quelques répliques.
• Effet de surprise : Elvire n’était apparue que dans l’acte I, puis ses frères semblaient l’avoir supplantée dans la poursuite de la vengeance.
• Double effet de surprise : elle a abandonné ses idées de vengeance, et va retourner au couvent. Alors que cette intrigue, démarrée dès la fin de l’acte I, revenait “rattraper” DJ dans les actes précédents, le forçant à la fuite, elle vient ici s’achever, et prendre une toute autre dimension : ce n’est plus Elvire qui cherche vengeance, mais le “ciel” qui risque de punir. Pas de place, d’ailleurs, à un rebondissement de l’amourette, puisqu’Elvire rejette les invitations de DJ avant de quitter la scène.
3. Axes de lecture
• Scène très célèbre du répertoire, dont la réussite tient à ... 1. La tension dramatique
2. La figure féminine incarnée par Elvire 3. L’amplification du discours et de la langue.

 

Attention : ce plan a pour moi l inconvenient de separer fond et forme. revoir le travail fait en classe pour le completer par celui-ci

 

I. La tension dramatique
Cette scène est un point de convergence :
• une intrigue se résout (celle associée à Elvire) • elle s’inscrit dans un processus plus large directement lié à l’action tout entière,
dont l’enjeu est la damnation (ou non) de DJ • elle permet de montrer DJ face à une femme qu’il a séduite, et donc face à ses
propres actions (nulle autre action, sinon celle du Commandeur, ne le rattrape) • elle permet enfin de suggérer un positionnement de Sg
--> multiples effets dramatiques qui en fait un scène-clé.

 

A. Un coup de théâtre ==> effet de surprise
• La femme abandonnée surgit soudain sur le chemin de l’abandonneur... Situation en soi tendue... La confrontation “ratée” de l’acte I va-t-elle trouver ici une résolution ?
• Elvire est transformée... la vengeance “familiale” est ici achevée (à l’acte IV, Dom Carlos viendra plus à titre personnel), Elvire se désolidarise donc de l’action qu’elle semble elle-même avoir initiée.
• Effet de surprise chez le spectateur, qui n’en sait pas plus que DJ lui- même, fort surpris (“Que pourrait-ce être ?”) à l’annonce d’une femme voilée.


B. Un nouvel enjeu
• Il ne s’agit plus de réparer une offense personnelle : Elvire vient sauver l’âme de DJ... Elle est déjà passée, hors scène, du côté du renoncement aux choses terrestres et à l’accomplissement personnel, puisqu’elle s’est mise au service de son dieu.
• Elle joue donc le rôle d’un intermédiaire entre le “Ciel” et DJ. Ses paroles sont “dictées” par le ciel : “ce ciel (...) m’a inspiré de venir vous trouver... Émissaire ?
• Par là-même, les avertissements prennent une tout autre dimension. Elvire parle au nom du ciel, elle ne peut être que la dernière dans la série des personnages venus demander des comptes, avant la statue proprement dite. La menace n’est plus une menace dans le monde des hommes, mais c’est d’un “avis du Ciel” qu’il s’agit.
• On aborde un nouveau registre : registre tragique (l’homme face à son
destin).
C.Tension dans la parole : l’urgence de dire
• Sorte de paradoxe : Elvire annonce un motif pressant, qu’elle ne formuler réellement que bien longtemps arpès !
• Découpage possible de sa “tirade” interrompue par deux fois :
1    “Ne soyez point surpris”... “point du tout de retardement”.
2    “Je ne viens point ici”... “que de votre intérêt”
3
4
5    “De grâce”... “supplices éternels”
6    “Je vous ai aimé”... “ce qui est le plus capable de vous toucher”
Fausse annonce du “motif pressant” de sa visite.
Précaution oratoire ? Elle explique sa métamorphose.
formulation explicite de sa demande : le “salut” de DJ
supplication.
“C’est ce parfait et pur amour”... “au plus grand de tous les malheurs”
Annonce de la menace qui pèse sur DJ
“Pour moi”... “coup qui vous menace”    le renoncement d’Elvire qui ne se défait pas de la crainte de
voir DJ damné
• Le “motif pressant” de 1 n’est explicité réellement qu’en 5.
• 2,3 et 4 témoignent d’une tactique argumentative assez subtile : retenir DJ en 2 en le rassurant, le faire trembler en 3, lui ôter tout soupçon en 4. On voit là qu’Elvire semble adapter son discours, sa rhétorique, à la nécessité impérieuse de convaincre DJ.
• Rôle des incises : 1. Elles interrompent, risquent de “perdre le fil” = relance la tension
pour le spectateur, l’attente (quel est ce motif ?). 2. Sorte de contrepoint dans lequel se jouent les relations entre le
maître et le valet, mais pas la confrontation entre DJ et Elvire, mise ainsi sur le devant de la scène. --> son discours n’en a que plus de poids.


3. Ambiguïté du “tu pleures, je pense” = ironie, cynisme ou émotion réelle ? On pourrait choisir de jouer un DJ réellement ému. Scandaliser le spectateur, ou attirer l’attention sur le pathétique des paroles d’Elvire ?

 

4. Indications scéniques sous-entendues, qui une fois de plus mettent en valeur le caractère fuyant, opaque de DJ : c’est par Sg (“coeur de tigre”) qu’on doit deviner DJ, mais Sg peut se tromper...
• Tension impliquée par la supplication proprement dite, qui attend une réponse, qui ne vient pas...

 

II. Une figure féminine riche

A. Une femme bafouée.
• On peut repérer dans la tirade de Done Elvire tout ce qui nous renvoie à son parcours “personnel”, à son implication amoureuse : “l’égarement de sa conduite” qui l’avait fait sortir du couvent la conduit à la “retraite”, avec un passion au milieu, dont le champ lexical est largement représenté.
= c’est un sort pathétique (“passion”...). D’où la réplique de DJ...


B. Toutes les femmes séduites par DJ
• Ce sort pathétique est aussi celui de toutes les femmes séduites par DJ : par le particulier, elles représentent l’universel.
• Noter qu’elle ne fait aucune référence directe à d’éventuelles conquêtes qu’elle jalouserait. Seule une périphrase “les déréglements de votre conduite” = c’est bien un discours épuré, un “pur amour”, pudique.
= C’est donc ici la pudeur bafouée qui parle, la victime, et pas la vengeresse.


C. Une émissaire du Ciel
• Elle est voilée... figure religieuse (voire funeste ?)... • Elle se présente elle-même comme une émissaire. Le Ciel lui a inspiré
de “vous venir trouver, et de vous dire, de sa part, que vos offenses ont épuisé sa miséricorde. Visions d’Elvire, ou bien réel rôle de porte- parole ? On frise ici le fantastique !


III. Une rhétorique très élaborée
Flux de parole très ample et solennel, qu’interrompent DJ et Sg... Voilà une scène propre à jouer subitement sur le registre pathétique.


A. Effets de rythme, de constructions et de reprises (quelques exemples)
1. Rythme
• Première phrase : hémistiche, apostrophe à DJ de 2 syllabes, puis un alexandrin : effet rythmique qui “pose” dès le début la parole d’Elvire dans le balancement de l’alexandrin.
• Dès la 2e phrase : amplification qui va dans le mouvement
contraire de l’urgence à parler = tension accrue.
2. Constructions binaires
• Voir première partie : propositions coordonnées, par séries (conjonction “et”)
3. Figures de reprise
• Polysyndètes (reprises de la conjonction “et”, que ce soit pour coordonner des propositions ou des adjectifs - “parfait et pur”, par exemple)
• Symploque (combinaison de l’anaphore et de l’épiphore) dans la dernière partie de la tirade (Je.. vous)...


B. Amplifications syntaxiques
On joue sur l’accumulation d’un même syntagme qui va s’amplifiant lui- même de subordinations...
• Première partie de la tirade, qui contient une reprise • “Oui, Dom Juan...”.
C. Vocabulaire
• Champs lexicaux (oppositions : passion terrestre / pureté / amour) • Prépondérance du vocabulaire évaluatif (péjorativement) • Quasi-racinien... Nombreuses abstractions • Personnifications, ne serait-ce que le “motif pressant”, qui “oblige” à
cette visite... voir ce qui se rapporte à l’expression des sentiments
notamment. • Rôle prépondérant de l’adjectif
D. Effets de pathétique
• Vocabulaire de la contrition, du repentir • Supplication (“vous” dans la dernière partie) • Glissements “je vous le demande” -> “je vous en conjure” • “je vous le demande avec larmes” (reprise)
E. Métaphores et périphrases
• précipice où vous courez, coup qui vous menace (renforcé par l’adjectif “épouvantable”)
• vos offenses ont épuisé sa miséricorde • sa colère est prête de tomber sur vous (personnification)
• touché le coeur / jeter les yeux sur les égarements de ma conduite...
= amplification du discours, qui lui confère un caractère très solennel. Les interruption de Sg et Dj ne font qu’en renforcer, par contraste, le caractère noble.

 

Conclusion
• Ici peut se jouer la déception du spectateur vis-à-vis de DJ, qui jusque là échappait... il échappe encore, mais peut-on échapper à un discours marqué par une telle sollicitude et un tel désintéressement ? Il lui revient à ce moment là de “choisir son camp”...
• Il n’en reste pas moins que des hoix énormes laissés au metteur en scène : que joue DJ ? Sg comprend-il son maître ou se méprend-il sur lui ?
• Implications scéniques de la tirade elle-même = difficulté pour l’actrice,
morceau de bravoure (Cf texte complémentaire).


Dimanche 2 janvier 2011 7 02 /01 /Jan /2011 09:54
- Ecrire un commentaire - Par marine cassier
Retour à l'accueil
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus